Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Skateboarding News

Thursday, November 12, 2009


Cliché en Francais

Propos recueillis par Xavier Lannes pour « Pool Rider »

This interview was first done in French and then translated into English. you can find the entire text of the English version here.

Salut Jérémie, c’est Xavier, comment ça va?
Ça va et toi ?

Très bien, très bien…
Il n’est pas trop tôt pour toi ?

Ça va, je me lève a 6h du mat tous les jours donc…
T’as l’habitude…

Ouais, j’ai l’habitude… Merci d’avoir accepté mon interview. Quand as-tu commencé le skate ?
Ca devait être en 87 ou 88.

En plein dans la période skate & destroy ?
Ah ouais, voila. Carrément…

En plein dans le creux de la vague parce que qu’en 87-88, il n’y avait pas vraiment un gros engouement…
T’as raison. Il y avait pas grand-chose ouais. C’était le creux de la vague et il y avait peu de marques de skate, Powell faisait encore des vidéos en 16mm. Je pense que le creux de la vague c’était après, quand il y a eu World Industries. Les gros pantalons et les petites roues…Ils ont un peu tués le skate…

Toi t’es arrivé au moment au moment ou Vision était à l’apogée ?
Par là ouais…

Donc t’as connu quand Vision et Airwalk se sont cassés la gueule ?
Carrément, j’ai bien connu tout, ça c’était une sacrée période.

Rapidement t’es devenu assez bon et t’as bossé avec V7.
J’ai commencé à travailler avec lui quand il a importé World Industries. J’étais son premier rider pour Tracker et Blockhead et c’est par son intermédiaire que j’ai eu des connexions aux USA avec Tracker et Blockhead.

A l’époque il était à Choisy ?
Ouais, par là... Il était aussi Team Manager pour Vans parce qu’il ridait professionnellement pour Vans et il en profitait pour me filer des shoes Vans … Enfin… C’était une paire tous les 2 mois ou un truc comme ça, ce qui était déjà énorme pour l’époque…

Tu gagnais un peu de thunes ?
Non. J’ai jamais gagné d’argent à l’époque ! Même en étant pro chez Blockhead j’ai jamais gagné d’argent. Et même en ridant pour Death Box, et alors là j’étais pro chez eux, il m’ont jamais donnés un centime.

C’est pour ça que t’as décidé de monter ta propre marque ?
Oui, c’est vraiment pour ça que j’ai décidé de créer Cliché parce que j’avais déjà de l’expérience avec des marques américaines comme Blockhead ou Death Box ou d’autres. En plus, il y avait JB Gillet qui était dans la même ville que moi, à Lyon et qui, lui, était sponsorisé par World Industries mais qui allait beaucoup plus aux Etats-Unis que moi et donc là, lui il pouvait gagner un peu d’argent et était comme en exemple. Je me suis donc dit, pour que les skaters Européens puissent toucher de l’argent, il faut créer une industrie en Europe pour que les Européens puissent en bénéficier. Je me suis dit, il faut faire une compagnie…

Comment t’as commencé ?
Avant Cliché, j’avais déjà un magasin de skate a Lyon et j’avais conscience de la réalité du bizness, de la façon dont ça se passait … Parce que dans le magasin, je bossais avec V7 en France, je faisais du sourcing pour les produits en Suisse, un peu a droite et à gauche. Je connaissais un peu la réalité du bizness et j’avais eu un modèle chez Brooklyn Board qui était une marque de New York. Ils avaient fait un modèle à mon nom et là ça m’avait montré aussi un petit peu l’impact d’une planche avec un nom français ou Européen et j’ai pu voir combien ils en vendaient. En France, ils en avaient vendus une centaine, ce qui était le minimum de fabrication pour les planches et je me suis dis, puisque je peux vendre le minimum, pourquoi pas faire ça pour moi. Quand j’ai commencé, j’avais trois professionnels dans mon team et je leur filais 10 francs de royaltie par planche et chaque fois que j’en commandais 100, ça leur faisais 1000 francs et voilà.

Pendant tout ce temps, tu continues à faire du skate ?
Ah oui, moi je continue à skater en tant que pro, mais c’est vrai que comme je suis aussi le team manager, je dois m’occuper de tout le reste… C’est de plus en plus difficile parce que je dois être le premier levé pour m’occuper de faire tourner la boite, faire lever tout le monde, je suis le dernier couché, je m’occupe de tout et donc je skate beaucoup plus quand je suis tranquille que quand je suis en tournée…

Dans ton email, tu me dis que tu es d’accord pour faire l’interview parce que tu es en vacances. Nous quand on est en vacances, on en profite pour aller skater et toi tu fais quoi pendant les vacances ?
Je pars avec mon fils et ma femme faire autre chose et voilà.

Donc pas de skate pendant les vacances ?
Attends… Le skate ça fait partie de moi !!! Même mon fils qui a trois ans fait du skate ! Je l’emmène sur les spots le matin pour rigoler avec lui, donc je fais du skate tout le temps.

Quel est l’état du skate en France et en Europe ?
Ici, on à des problèmes de saisonnalité avec l’hiver qui coupe vraiment par rapport à la Californie donc voila, c’est la galère ! Avant le skate était pas trop accepté, mais maintenant ça fait vraiment partie du paysage. Et ce qui est bien en Europe, c’est qu’il y a une concentration des villes qui est plus propice à la pratique du skateboard dans le sens ou il existe un terme qui s’appelle les « déplacements doux », qui sont le vélo, la trottinette, le roller, le skate le long board etc.… Et ça ce sont des développements dits « écologiques » … qui sont beaucoup plus praticables en Europe. Chez toi à L.A. tu peux pas vraiment aller au boulot en skate…

A cause des distances...
Voilà…

En fait, ici, on a surtout un très gros problème avec les flics… Même dans les skateparks ou les skaters sont censés être a l’abri du harassement policier. Il m’est arrivé au moins une dizaine de fois de voir les flics débarquer sans crier gare à Belvédère, à Est L.A., qui est le skate park où je vais le plus souvent. Ils viennent en groupe à 2-3. Un d’entre eux se met a l’entrée et empêche les skaters de sortir. Les autres flics attrapent les skaters, et commencent une fouille en règle, comme dans les films d’action : les jambes écartées, les mains derrière le dos, appuyés sur la grille... Au moins 3-4 fois je les ai vus menotter des skaters et les embarquer. Soi-disant parce qu’ils avaient des clopes dans leurs poches… Le web est plein de vidéos ou ont voit les flics abuser des skaters et au USA, ça va pas changer de sitôt…
En France ça va ! D’ailleurs maintenant il y a plein de gens qui se baladent en de plus en plus en skate en vélo, etc. C’est vraiment un phénomène global de société et les villes tendent de plus en plus à ça … Il y a des centres villes piétons, des trucs comme ça et donc le skate est de mieux en mieux accepté.

Dans les villes en France ont peut se déplacer en skate ? C’est autorisé ?
Ouais, ouais, voilà, voilà…

De plus en plus ?
Ouais.

Il y a une vingtaine d’année, Thrasher, avec une « une » terrible pour nous, a annoncé que la vert s’était cassée la gueule. La vert, c’est finit pour toujours ?
Ce qui a changé avec le skate c’est que maintenant c’est devenu global. Avant, t’avais un skater qui ne faisait que du street et qui ne faisait pas du tout de courbe, il y en avait d’autres qui ne faisaient que des handrails et des marches. Maintenant, les petits jeunes sont super forts en courbes super fort en marche, super fort en hand rail, ils sont très technique. Les skaters d’aujourd’hui arrivent à faire de tout, et de plus en plus, et donc je pense que c’est pour ça que la vert, elle n’est pas forcement morte parce que des skater comme ça de plus en plus ils ont envie de toucher à la vert. Cela dit, à mon avis, un skater qui ne fait que de la vert, je le vois pas bien… Tu vois, un Kevin Staab de nos jours je pense que ça ne pourrais plus exister. Maintenant, tu prends Glifberg il fait du pool, il va faire la mega ramp avec le rail, il va skater un ramp…

Ca me réconforte vu que mon blog s’appelle Pool Rider. En fait je vois bien que la vert reprends du poil de la bête. Il y a de plus en plus de skate park aux USA, probablement plus de 4000 et qui dit skate park dit vert, pool, snake run, bowls… Cela dit, la vert ça veut également dire infrastructures et donc gros investissements. Il y a beaucoup de parks en France et en Europe ?
Il commence à y en avoir de plus en plus, ce qui est bien, c’est que de plus en plus les parks sont en béton, donc ça veut dire que c’est quelque chose de durable, qui coûte plus cher a construire qu’a détruire

Pourquoi Cliché est reste a Lyon et pourquoi pas à Paris ou Marseille ?
Parce que c’est ma ville, elle est centrale. Ca reste une grosse ville et une petite ville en même temps. On peut s’y déplacer sans problèmes Il n’y a pas trop de trafic, Mais c’est une grosse ville dans la mesure où il y a suffisamment d’avions de trains pour se déplacer et c’est un bon compromis entre la grosse et la petite ville.

Cliché actuellement, c’est combien de pros ?
Lucas Puig, qui est un skater qui ride aussi pour Lakai, il y a JB Gillet qui Andrew Brophy qui est australien … Javier Mendizabal, un espagnol qui est super fort en courbes, et tout ça… Ricardo Fonseca, Joey Brezinski, etc… Pour le reste il faut aller voir sur le site www.cliche.com et tu peux voir tous les riders

Je vais regarder sur le site web et je vais tous les mettre pour qu’il n’y ait pas de jaloux ! (Andrew Brophy,Javier Mendizabal, Ricardo Fonseca, Charles Collet, Flo Mirtain, Sammy Winter, Cale Nuske...) J’ai vu des photos ou vous squattez des maisons a moities détruites en Espagne… C’est du délire. Comment tu as eu l’idée de faire ça ?
Oui, on a ça sur le site web. C’est le Gitan Tour. C’est un truc très bien sur le site... On a fait ça pour Fuel TV. C’est une tournée ou on part à l’inconnu. On a seulement 10 Euros par jours, on dort dehors… On a fait ça en opposition aux grosses boites qui souvent viennent en Europe avec plein de pognons, ils vont dans les grands hôtels et se la coulent douce. Donc on s’est dit, il faudrait faire carrément l’opposé. Et donc l’idée c’est qu’on n’a pas de but, on ne sait pas ou on va, et en fonction de la météo ou d’une rencontre on bouge. Vas voir sur le site et tu verras que c’est monté un peu comme une reality TV ou on montre vachement les à-côtés du skate c'est-à-dire les délires.

Ca c’était une seule tournée ?
On l’a fait trois fois, les deux derniers sont déjà sortis.
En ce moment on est en train de monter le dernier qui sortira en janvier sur Fuel TV

<En recherchant sur internet, j’ai vu la même photo de toi et de Pierre André (Senizergues) la nuit au bassin avec la tour Eiffel dans le fond. Avec qui tu skatais il y a 10, 15 ans ?
De tout ces parisiens, je skatais surtout avec Thrash Max, Pierre André, V7, Bruno Rouland, Raquike, tous les gens de Bourges.

Pour les parisiens, l’expérience des bassins team est quelque chose dont tout le monde se souvient, même 15 ans après.Le truc, c’est qu’il y avait eu un championnat de France qui avait été organisé au Trocadéro, je crois en 89. Et moi j’y suis allé. Je devais avoir 16 ans. J’ai pris le train, j’avais jamais été à Paris, le TGV, j’avais un tee shirt et un sac de couchage, je me suis dit, je vais coucher dans les bassins, j’irai au contest le lendemain. Donc j’arrive le soir, je vais aux bassins, il y a des skaters partout. Mas petit à petit, tout le monde s’en va et vers 11h du soir je me retrouve le dernier avec Thrash Max. On discute et il me demande ce que je fais. Je lui explique que je vais à la compète mais que je vais dormir cette nuit dans les bassins. Il me dit, mais t’es fous ou quoi ? Viens dormir chez moi. Et donc c’est comme ça que je l’ai connu. Le lendemain il avait gagné la compète. C’était en 88. Et c’est comme ça que j’ai fait la connaissance de Rakike, Trambert, etc… Apres, on est retournes a Paris et ensuite eux sont venus a Lyon…

En fait, l’époque des basins a été un événement incroyable qui a dure presque 6 mois. Au pied de la Tour Eiffel, un labyrinthe de petits basins a été vide pour les nettoyer des dépôts de limons accumules Durant des décennies. C’est quelque chose qui n’arrive pas très souvent dans la vie d’un skater. A l’époque, tous les skateparks en France avaient été détruits, et notamment les deux skateparks parisiens (Béton Hurlant et La Villette) et les meilleurs skater Français se sont rassembles pour célébrer l’événement. C’etait un truc incroyable : les seuls pools disponible en France. C’était l’endroit ou il fallait être. Il y avait Denis, Thrash max, Tramber, Rakike, Joel Boisgontier, Jérome, Thiasma, P'tit gars, Bob, La gazelle, Mannix, Le Jardinier, Bamba. Et c’est pas tout, les Bassins ont été également un stop-over obligé pour tout une équipe de pros qui allaient a l’Open d’Avon : Natas Kaupas, Danny Way, Cab, Lester Kasai, Mark Gonzalez… Tous ces gens là ont skate dans les bassins. Il y a même eu un film de Spike Jonze, “The Man Who Souled The World” avec le team original Blind: Jason Lee, Danny Way, Mark Gonzales. Au fait, Tu as vraiment demandé à Gonzalez de te dessiner une planche pour Cliché. Comment ça s’est passé ?
En 96, il a passe un an à Lyon. Parce que sa copine à fait un an d’étude à Lyon. Donc un jour on se ballade dans la rue… Et qui on voit passer ? Gonz comme un pirate ! C’était un truc de fous ! C’était à l’époque ou j’avais le magasin. Donc après il venait souvent au magasin. On a passes des supers moments ensembles, on skatait régulièrement, on allait à Marseille ensemble. On a bougé à droite, à gauche. Et pour les 10 ans de Cliché, je l’ai recontacté et je lui ais dit, fais nous une board. Et en fait il était revenu une autre fois à Lyon et on avait été au musée des Frères Lumières, ceux qui ont créés le cinéma et il a fait une série de planche là dessus.

C’est un modèle limité ?
C’était un modèle limité. Il n’existe plus.

Il y a un gros marche du vintage c’est un skate qui vaudra $10,000 dans 10 ans ?
Non, il vaut déjà $10,000.
Rires…

Et Le prix que Transworld vous a décerné en 2006… Meilleur team ?
Ce sont les skaters qui ont votés dans des listings que Transworld a fait passé a tous les teams managers de toutes les marques confondues et le team manager redispatchent ça à tous leurs riders et les riders votent. Deux semaines avant la remise des prix, on a reçu la nomination. On s’est dit qu’on n’allait pas y aller parce qu’on pensait que c’était impossible de gagner. Ca sert à rien de payer des billets d’avion pour aller là bas pour juste faire une soirée. Mais, ils nous ont vu venir et ils nous ont appelés au téléphone en nous disant qu’ils ne le faisaient jamais mais que, vu qu’on avait gagné, ils nous appelaient parce qu’ils pensaient qu’on n’allait pas venir. Et c’est pour ça qu’on y est allés.

Toute l’équipe est venue ?
Non, seulement 3-4 riders et on en a profité pour faire des photos avec Reda.

Vous allez souvent aux Etats Unis ?
Non. On n’y va pas énormément mais on essaie d’y aller une à deux fois par an

Vous allez ou en Californie?
Ouais en Californie, mais aussi new York un petit peu. On a fait un tour la bas.

Tu parlais des saisonnalités, et effectivement il y a un grands décalage entre l’Europe et la Californie ou on peut skater 365 jours par an, et donc c’est plus facile pour ceux qui vivement ici parce que on peut skater dehors toute l’année…
C’est clair…

Et donc, au niveau entrainement les Californiens auraient toujours de l’avance. Le climat, c’est quelque chose qui vous gène en Europe ?
Je pense, que tu vois, il y a des pays en Europe ou le skate peut bien fonctionner. Et la, je pense a l’Espagne où le climat de Barcelone s’apparente à celui de la Californie. Franchement, il y a beaucoup de skaters qui habitent à Barcelone et donc pour eux le climat c’est pas trop un problème. Nous, on est plus au nord, on a de la neige l’hiver. Mais c’est ça qui est bien, ça nous donne de la motivation et qui te dis je n’ai que 4 mois ou il fait super beau donc faut en profiter, faut que j’y aille à fond. Tu vois cette motivation, c’est ça qui est bien aussi.

Es-tu eurocentrique ?
C’est bien de revendiquer quelque chose. Il faut garder son identité, regarde Zoo York, ils sont de new York. Ils ont autre chose à amener au skate que des palmiers et du sable fin. Quand à nous nos racines sont Européennes et on envie de garder cette identité et de pouvoir amener autre chose dans le milieu du skate.

Dwindle, c’était la grosse nouvelle de l’été.
Oui, c’est un gros truc dans le sens ou maintenant au niveau de la distribution ca va à être bien mieux distribué parce ce que Dwindle a la meilleure distribution au monde dans le skateboard. Ils sont présents dans tous les shops. Apres, en ce qui concerne le marketing, le team reste en Europe, on reste a Lyon et là dessus ça va rien changer. Dwindle distribué partout dans le monde.

Qui va s’occuper de la distribution en Europe ?
C’est Dwindle qui va distribuer en Europe, notamment par exemple, pour la France, avant on faisait la distribution en direct et maintenant c’est V7 qui va faire la distribution. Avant on faisait le stockage et la distribution des produits et maintenant on ne va plus faire que la création.

Ca va vous libérer du temps.
Voila, ça va nous libérer du temps, ça va nous permettre de plus se concentrer sur les choses importantes: le team, les vidéos, les produits et après on est distribués au même titre que Enjoi, Almost, Dark Star, Blind.

Quand va-t-on trouver des planches Cliché aux USA ?
Maintenant, maintenant. Normalement dés aujourd’hui, partout ou on peut trouver du plateau Almost Enjoi, on peut trouver des boards Cliché également.

Et la promotion ? Cliché est très branché et la masse des skater aux US ne vous connaît pas…
On a déjà quelques riders aux US, Jay Brezinski, qui est à Vénice Beach, Andrew Brophy qui est australien qui habite a Hollywood, On a déjà des pros aux US et puis on va faire des tournées, En janvier on va venir aux US. Ensuite on va faire des vidéos, internet, le site web…

Qui a eu l’idée de Résumé ?
Ca faisait assez longtemps qu’on voulait le faire. J’ai toujours eu de très bons contacts avec les photographes et le livre est un projet qui date depuis très longtemps et qui a été très long a mettre en place parce qu’a l’époque c’était que de l’argentier il fallait retrouver les tirages, les scanner ça a été un travail très long et très fastidieux et

Il est écrit en français ?
Non. Il est en anglais.

Distribue par Dwindle ?
Voila. C‘est Mackenzie qui est quelque qui écrit pour Transworld qui nous écrit tous les textes…

Il était avec vous pendant les tournées ?
On a fait ça suite a partir des interviews qu’il a fait avec les riders, avec moi, et en fait, comme il est mi Français mi américain, ça aide. Il suit l’histoire de Cliché depuis très longtemps et il connaît Cliché depuis le début, il connaît tout le monde… Le livre sera disponible pour noël.

Avec Sean Cliver, comment ça s’est passé ?
On a cette planche avec Sean Cliver qui est un grand artiste qui a déjà fait plein de planches et qui a écrit deux bouquins. Cette planche a été sérigraphiee, ce qui est important parce que maintenant plus personne de fait des planches sérigraphiees parce que tout est fait en Chine. Il nous a dessiné une caricature démente, il faut absolument que tu la voie…

Ben écoute, tout ça c’est vraiment génial. Vous avez vraiment des gens incroyables qui travaillent avec vous, Gonz, Sean Cliver, C’est un team complètement international et multiculturel. Ca prouve que le skate est réellement un phénomène mondial qui dépasse toutes les frontières. En plus faire une équipe ou on retrouve des français, des allemands, des australiens, des américains, ça tient presque du prodige. En plus, bien entendu, Sean Cliver ça fait 25 ans qu’il est dans le métier et qu’il dessine des planches et ça me semble super de pouvoir accrocher des pointures comme ça. Tout ça ; ça prouve que vous êtes bien partis et que vous êtes la pour durer pendant longtemps.

Eh, bien merci

Non, c’est moi qui te remercie pour cette interview,
De rien.

Et quand vous passerez a Los Angeles, fais moi signe …
On va probablement passer en Janvier …

Tu pourras m’apprendre quelques tricks parce que j’en ai vraiment besoin, j’ai vraiment besoin d’un bon prof… OK. A bientôt, bonne journée…

Labels: , , , ,

I skate therefore I am: skateboard pools, pipes, parks, bowls and vert, daily skateboarding news...
 
posted by Xavier Lannes @ Thursday, November 12, 2009 




1 Comments:
Blogger Bevilacqua said...

Tchô l'émigré !
Bel article, horizon large et belles perspectives.
Viens jeter un oeil (attentif) sur http://sakaroule.blogspot.com
à l'occasion, tu nous raconteras tes aventures ...

May 14, 2010 at 7:51 PM  




Skate Quote of the Day